Romandismes: termes de la vie quotidienne mots déjà parus
ENCOUBLE  nom féminin

1. Chose qui dérange, qui importune, qui gêne, qui embarrasse; entrave, obstacle, embarras. Ce machin est une encouble plus qu'une aide.
"Et si l'aide de l'Etat aux entreprises consistait seulement à leur éviter des encoubles?"
Bulletin patronal, publication du Centre Patronal, Lausanne, mars 1984, p.3. .

"Quatre journalistes ont pris le rail - et l'air - pour tester ce trajet que trois compagnies aériennes assurent. A l'encouble que représente le changement de gares à Paris pour les usagers de l'Eurostar, répondent les horaires du train pour Cointrin [l'aéroport de Genève], les temps d'attente en aéroport, le métro londonien depuis les trois aéroports desservis."
24 heures, 8/9 avril 1995, p.1..

2. Personne (ou animal) qui encombre, qui importune, qui embarrasse. C'est une vraie encouble, il nous nuit dans notre travail.
"Ces gamins-là, c'est des encoubles, tu leur rentres dedans chaque fois que tu passes."
Témoin âgé d'environ 50 ans (Canton du Valais, Salvan), 8 octobre 1978.

"Elle va aux vendanges à Chamoson avec sa copine. Oh! elle, elle est assez solide, mais l'autre, il faut voir ça! Surtout qu'aux vendanges ils ont pas besoin d'une encouble."
Femme âgée de 47 ans (Canton de Vaud, Lausanne), 15 octobre 1978.

Rem. Familier; fréquent à l'oral, rare à l'écrit.

  • Premières attestations: escœuble (1617) et escouble (1665) "entrave" (formes dénasalisées), encuble (1684), encouble (1820); déverbal formé sur encoubler. Aussi attesté dans la région de Morez, Haut-Jura.

© Editions Zoé, Genève, 1997
En raison du format de cette rubrique, les articles sont parfois abrégés par la rédaction de Lexicon Planet, en particulier en ce qui concerne les variantes, citations, notes étymologiques et remarques. La consultation de l'ouvrage original est indispensable pour tout travail de recherche (visitez la cyberlibrairie bol.com pour commande en ligne).